homme-distant

Renoncer au Prince Charmant pour trouver l’homme

homme-beauDepuis ces dernières années, la mode consiste à prendre les hommes comme « têtes de Turc ». L’homme a souvent été caricaturé : macho, sous-développé affectivement, insensible aux femmes. Puis, lorsqu’ils commencèrent à s’ouvrir un peu, on leur reprocha d’être trop mous et « faibles ». D’après les derniers sondages, les hommes seraient devenus distants et réticents à s’engager dans des relations amoureuses. Inutile de dire que toutes ces attaques ne contribuent pas à l’harmonie et à la compréhension entre les sexes. Notre tâche, dans ce chapitre, consiste à clarifier certains thèmes mythologiques et à présenter une peinture des hommes débarrassée des distorsions dues à une rhétorique tendancieuse. L’une des raisons qui expliquent pourquoi les femmes ne comprennent pas les hommes, c’est que ceux-ci font très peu d’efforts pour se faire connaître. Ils ont laissé s’installer des mythes sur leur manière de sentir, de penser et n’ont rien fait pour les dissiper. Cependant, aussi contradictoire que cela puisse sembler, les hommes désirent vraiment être compris et aiment les femmes qui les acceptent. Une autre raison de l’incompréhension des femmes à l’égard des hommes vient de leur réticence à étudier objectivement l’âme masculine. Le regard aussi clair et dénué de passion que cela suppose paraît même terrifiant à certaines femmes, car elles craignent alors de perdre l’image du Prince Charmant. Les hommes ne sont pas des chevaliers à l’armure étincelante; ils ont des défauts, souvent encombrants. Et nous prétendons que beaucoup de femmes, même aujourd’hui, désirent trouver dans l’homme une variante du Prince Charmant : un homme qui soit à la fois fort et sensible, héroïque et pourtant tendre, assez énergique pour faire face aux surprises, mais qui, en même temps, soit efficace dans le monde du travail. Elles voudraient toutes que cela puisse être vrai. Mais ce superman n’existe pas. Abandonnez votre désir de rencontrer le Prince Charmant et nous vous promettons que l’homme que vous trouverez, en fin de compte, a nettement mieux à offrir. Comprendre un homme est source de pouvoir. Un homme donne d’autant plus totalement son cœur à une femme qu’il se sent en sécurité et en confiance parce qu’il est à la fois connu et estimé. La clé essentielle de la passion d’un homme et de son désir de s’engager vis-à-vis d’une femme réside dans la capacité de celle-ci à comprendre et à accepter ce qu’il est vraiment.

COMPRENDRE NE VEUT PAS NÉCESSAIREMENT DIRE « ACCEPTER »

Comprendre et accepter ne sont pas synonyme. Tous les hommes désirent désespérément être acceptés par les femmes qu’ils aiment. Être compris n’est qu’une partie de ce souhait. Comprendre, c’est savoir ce que sont réellement les hommes derrière leur façade et leur bravade. C’est connaître ce qui les entraîne et les motive et aussi ce qu’ils évitent ou ce dont ils ont peur. C’est savoir comment ils répondent aux femmes et quelles sont leurs réactions dans le contexte de relations intimes. C’est être conscient des ressemblances qu’ils ont avec vous mais aussi de leurs différences. Tout cela peut être merveilleux, et pourtant l’acceptation va bien au-delà. Certaines femmes ont des hommes une compréhension partielle, en particulier de leurs points vulnérables, mais elles n’acceptent pas vraiment les hommes ou même ne les aiment pas particulièrement. Utilisant leur connaissance finement aiguisée des hommes, elles peuvent immédiatement repérer leurs faiblesses et savoir comment en jouer avec subtilité. Il peut être fascinant pour un homme d’être connu d’une femme de ce type, mais une telle fascination évolue rarement vers la confiance ou l’amour. Ce genre de compréhension est utilisé à des fins de manipulation et d’exploitation, rarement dans un but affectueux. S’agissant d’autres femmes, elles peuvent posséder une compréhension profonde des hommes et pourtant ne pas les accepter. Elles connaissent leurs forces et leurs faiblesses. Mais elles ont peu d’illusions : elles savent ce que les hommes peuvent offrir et ce qu’ils ne peuvent pas donner. Et, tout en estimant leurs attributs positifs, elles nourrissent, parfois secrètement, le désir qu’ils soient différents ; en un sens, meilleurs. Elles éprouvent de l’amertume devant l’imperfection de l’homme, car cela l’empêche d’être le sauveur idéalisé, le nourricier ou le prince romantique qu’elles espéraient trouver. Nous connaissons tous cette forme d’acceptation qui s’accompagne d’un haussement d’épaules et d’un soupir désabusé : « Oh, vous connaissez les hommes ! » ou bien : « Les hommes : ils sont comme ça !» Ce n’est évidemment pas ce qu’ils recherchent. Ce qu’espère un homme, c’est d’être apprécié pour lui-même, en totalité, et qu’on lui pardonne avec indulgence ses manies ennuyeuses, ses manques et ses défauts de caractère. Une acceptation pleine et chaleureuse requiert une maturité particulière. Cela implique d’être capable d’aimer, tout en percevant à la fois le bon et le moins bon. Comme le dit un homme avec reconnaissance : « Je sais qu’il n’est pas facile de vivre avec moi. Mais je peux vous dire à quel point c’est agréable d’être avec Sarah. Je n’ai jamais le sentiment qu’elle attend de moi d’aller lui décrocher la lune. Même lorsque je suis complètement nul : impatient, de mauvaise humeur ou tout simplement oublieux de la part qui m’incombe dans notre mariage, je sais que, d’une certaine manière, le mauvais se mélange, pour elle, avec le bon et qu’elle m’aime. Non pas qu’elle ne me fasse pas remarquer que j’exagère parfois ; mais je sais que, malgré tout, elle m’aime. Son acceptation, sa capacité de pardon et son amour me donnent envie de travailler encore plus à donner le meilleur de moi-même. » Ce qu’offre cette femme, c’est l’amour et l’acceptation sans condition et sans restriction. Comme on l’a souvent dit, il n’est pas difficile d’aimer quelqu’un quand il est au mieux. Le plus dur, c’est d’aimer l’autre quand il se présente sous son plus mauvais jour. Ce type d’amour ne demande pas qu’on s’aveugle ou qu’on ne se rende pas compte de ce qui se passe. Accepter avec amour, cela veut simplement dire que nous ne laissons pas les traits de caractère les moins valorisants ou les plus irritants de notre partenaire remettre en cause notre amour. Lorsqu’ils apparaissent, on y réagit émotionnellement et on les oublie, sans éprouver de ressentiment ou les laisser entamer nos sentiments profonds. Accepter demande que nous abandonnions nos désirs de perfectionnisme et nos visions idéalistes, qu’il s’agisse de nous-mêmes ou de l’autre. Si nous sommes trop critique à notre endroit, nous ferons de même avec nos partenaires. Pour dépasser les limites créées par l’idéalisation, il faut intervertir à l’arrière-plan et au premier plan. Par exemple, si la toux d’une personne placée au balcon occupe ce premier plan, nous perdons tout de la symphonie magnifique que l’orchestre joue sur scène. Si vous permettez que les oublis d’un homme, son impatience dans les embouteillages ou l’habitude qu’il a de laisser traîner sa serviette mouillée sur le carrelage de la salle de bains, occupent le premier plan, vous passerez à côté de sa rapidité à réagir dans les moments difficiles, sa patience quand les enfants sont insupportables, sa loyauté à votre égard et son estime pour vous. L’acceptation, elle, met en évidence ses côtés plaisants, les place au premier plan; quant à ceux qui vous ennuient ou vous déçoivent, reléguez-les à l’arrière-plan. L’amour et l’acceptation consciente ne sont pas chose facile. Cela demande d’abandonner des désirs irréalistes. Il ne s’agit pas d’aimer ou de tout apprécier, mais de réaliser que les imperfections de l’autre, aussi visibles soient-elles, font néanmoins partie de l’être aimé. Nous ne dresserons pas la liste de ce que vous devriez accepter ou refuser. Il s’agit là de choses qu’il vous appartient de déterminer vous-même. L’acceptation n’est pas synonyme de permissivité et vous ne devriez pas accepter qu’on ait un comportement intentionnellement insensible ou mesquin à votre égard. Nous pensons plutôt à tous ces comportements qui, bien qu’ennuyeux, sont si courants. En acceptant ses défauts mineurs, en particulier s’ils sont contrebalancés par des qualités que nous apprécions et respectons, nous offrirons à l’autre le réconfort et la liberté qui lui sont chers. QUI SONT VRAIMENT LES HOMMES ? Pour comprendre véritablement les hommes, il est important d’avoir une vue globale de leurs problèmes, de leurs espoirs et de leurs rêves, et tout particulièrement de reconnaître leur quête incessante de la « virilité ». Cette quête, à laquelle sont confrontés les hommes depuis leur enfance, affecte profondément leur manière d’aimer une femme. Car, de même qu’une femme aime et estime l’homme qui comprend son désir d’accomplissement, l’homme sera attiré par la femme capable de comprendre son besoin de maîtriser le réel et de réussir professionnellement.